92 jours en désespoir de cause

5 juillet 2012

Quelques lignes qui ne sont ni politique, ni polémique, ni alambique, ni machiavélique et encore moins cylindrique. Mais quelques lignes quand même pour clamer, l’injustice d’une nature qui nous pleure toutes les larmes de l’atmosphère-hique !

Je suis ce qu’elle est
J’existe par ce qu’elle pense
J’admire ce qu’elle inspire
Je regarde le chemin qu’elle guide
Je bois sans cesse ses paroles
Je reste attentif à ses moindres gestes
Je m’autorise les yeux dans les siens
Je goute au fur et à mesure les effluves
Je devine chacune de ses intentions
Je marche, elle me suit
Je cours, elle me rattrape
J’arrête, elle me suspend
Je ne dis rien, elle continue
Je n’entends qu’elle
Je ne sens qu’elle

Elle est là où je me trouve
Elle devient moi
Je deviens nous
Nous est indivisible

Mais là, ca suffit.
92 jours déjà. Pluie… je te hais

 

Nicolas GEORGES

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bienvenue sur mon blog !

Untitled Document Me connaître | Contact

Ce blog est un espace citoyen d'échange entre nous. De nature conviviale et dynamique, je suis persuadé que la politique peut être ce moteur de recherche pour améliorer la société. La commenter, c'est tout simplement défendre la démocratie et la liberté d'expression... si possible !

http://www.wikio.fr

Recherchez