Allo Cyrano, Depardieu nous quitte !

16 décembre 2012

Il va nous manquer Gégé. Sa finesse d’esprit, son langage précieux, son respect des autres et sa non violence à toute épreuve sera, à coup sur, une vraie perte pour la France.
J’entends d’ici les cris de douleur de Cyrano de Bergerac, sacralisé par toi Gégé dans un des plus grands moments de cinéma. J’entends aussi Marcel Pagnol qui pleure de voir disparaître Jean de Florette dans le plat pays qui n’est pas le sien.

Mais que fais-tu Gégé ? La bêtise peut-elle t’avoir rongé jusqu’à la dernière miette de ton cerveau ? La suffisance d’un parvenu peut-elle tourner le dos à toutes les valeurs que tu incarnais pour beaucoup de Français ? En voilà une belle récompense que tu infliges à un pays qui t’a tout donné. En voilà une reconnaissance que tu montres à toutes celles et ceux qui ont payé pour te voir. Car tu vois, ce sont les petites gens qui ont payé pour te voir. Certains, ont même sacrifié le budget bouffe pour te voir jouer. C’était mon cas à l’époque. Te voir, c’était rêver un monde de poésie. Tu étais une valeur sure. Les valeurs maintenant, on les cherche… Alors va-t-en !
Tu vas surement penser que je n’ai rien compris. Mais je sais, et tu le sais aussi, que ton succès, tu le tiens de toi et de ton talent. Quand à ta richesse, tu l’a dois à ces millions de français que tu insultes aujourd’hui. Mais ça, tu t’en fous. En fait, tu détestes les autres car tu te détestes toi mène.

Le début de ta déviance idéologique, tu te souviens, c’était en 1996. Tu avais déclaré que « Fidel Castro, c’est cinquante ans d’intelligence politique. ». Une enclume sur la tête j’avais reçu en apprenant ça. Comme quoi même les dictateurs peuvent avoir des amitiés spontanées. C’est la raison pour laquelle tu étais présent aux 80 ans de ton ami Fidel en décembre 2006. J’ai vu les photos de l’agence officielle de Cuba, tu étais placé derrière le fils de Fidel, Raul Castro. Alors bien sur, pour tes fans, c’était la douche froide. Comme un aveu, il y a eu aussi cette confidence en 2011 dans l’émission « ce soir ou jamais » où tu as déclaré « je suis une vraie ordure ». Autocritique ou provocation ? Ou tout simplement, l’aveu d’une lente agonie de toi-même…
Et puis la derrière adhésion idéologique : l’enregistrement d’une chanson avec Gulnara Karimova, la fille aînée du président dictateur Ouzbek Islam Karimov. J’espère que la contrepartie est à la hauteur de la grossièreté de la mise en scène. A croire qu’il ne te reste plus que les dictateurs pour faire des coups médiatiques…

Ton histoire, c’est la dérive d’un mec, le suicide d’une idole. Tu veux mourir dans le cœur des gens. C’est fait. Je prends acte que tu as rendu ton passeport. Pour ta carte de sécurité sociale que tu rends aussi et que tu dis « n’avoir jamais utilisée », ce n’est pas grave, là-où tu vas te faire soigner, la clinique ne prend pas le tiers payant.

Ta sortie de scène, à défaut d’atteindre la quintessence de ton oeuvre, nous montre le déclin. Du politiquement incorrecte, tu es passé au politiquement indigeste…

J’en terminerai avec toi en t’imaginant dans ta nouvelle demeure. Je te vois bien du haut de ton village fantôme de Néchin en Belgique, sur le toit de ta maison, le ventre à l’air, en train d’uriner ta beuverie de la veille, en direction de la France en clamant le titre de Boris Vian « j’irai cracher sur vos tombes » à destination de ces Français que tu n’aimes plus.
Ne t’en fais, nous n’irons pas fleurir la tienne.

Nicolas GEORGES

Tags: , ,

2 Responses to Allo Cyrano, Depardieu nous quitte !

  1. ganivet on 17 décembre 2012 at 23 h 21 min

    c’est joliment dit et l’aigre doux est parfois agréable à delecter, merci pour ce texte

    • Zepfire on 21 décembre 2012 at 17 h 30 min

      Texte très amère reflétant uniquement un seul point de vue, celui de l’indignation.
      Personnellement je n’ai que très peu vu ou suivi la carrière de Mr Depardieu, donc je juge la situation et non le personnage : je comprends sa décision.
      Se faire prendre l’argent que l’on gagne (a hauteur de 75% de la dernière tranche non mais faut arrêter) et se laisser faire? et bien non. Je ne serai jamais dans sa situation vu mes revenues, mais je le comprends et accepte parfaitement.
      Maintenant l’effort collectif je suis d’accord, mais que les riches paie un max pour les autres non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bienvenue !

Untitled Document Me connaître | Contact

Ce blog est une cabine d'essayage. C’est par définition un espace étroit de réflexion intime. De temps en temps, j’ouvre le rideau pour laisser passer la lumière. Cette dernière n’est pas toujours d’une grande intensité, ce qui laisse une marge de progression importante. Je préfère ne pas dire tout ce que je pense mais suffisamment pour être entendu.

Recherchez