La fin du monde par SMS

6 décembre 2012

Un illuminé qui vous informe de la fin du monde. Rien que ça. Pour sortir de la torpeur quotidienne, il fallait bien un signe venu d’ailleurs, d’ampleur internationale. C’est grave docteur si je résiste à la fronde apocalyptique du 21 décembre ? Je vous promets que ce jour-là, je ferai une quiche aux étoiles célestes pour calmer la peur du grand trou, le noir profond, l’écho interminable de la chute funeste d’une humanité finissante. J’espère que cela sera suffisant… autrement tant pis, je me regarderai partir, les yeux ouverts, fier d’avoir existé…
C’était hier. J’étais en pleine discussion avec une association pour envisager les actions en 2013 et je reçois ce SMS effrayant : « la fin du monde est prévue le 21 décembre 2012. Ce sera l’apocalypse de l’humanité toute entière. Vous êtes déjà mort mais vous ne le savez pas encore »
A quoi cela sert de réfléchir à 2013 si tout s’arrête fin 2012 ?
En recevant un SMS qui m’informe de ce fait historique majeur, j’ai cru que j’avais à faire à un routage commercial pour me vanter les derrnières promotions de noël sur les vêtements pour homme. Une blague humoristique pour provoquer en moi un achat compulsif telle une série limitée de cravates en soie tressées par des mains délicates. Pas du tout. Il était question d’une annonce officielle, venant d’en haut, qui annonçait le grand voyage. Une sorte d’aller simple avec un départ immédiat pour le site du Pech de Bugarach. Je ne connaissais pas Bugarach. D’après les prédicateurs, ce serait un lieu protégé de la colère apocalyptique.
Mais pourquoi moi ? Pourquoi sur mon téléphone ? Dieu m’a-t-il choisi pour faire partie des élus qui permettront, une fois l’humanité anéantie, de repeupler la terre avec mes frères et sœurs de prière ?
Cette question me hante. Je cherche à savoir, à comprendre l’impénétrable message. Qui a communiqué à Dieu mon numéro de téléphone portable ? Un représentant local à qui j’aurais rendu service durant ma vie de militants au service de l’humanité ?
Même si le doute est un moteur de recherche perpétuelle, intellectuellement, ici, je ne vois rien. En rentrant chez moi, j’ai relaté à ma femme ce message SMS. «Tu es fiché, c’est pour ça » m’a-t-elle dit. « Ça t’apprendra à donner ton téléphone à tout le monde !». J’ai bien le souvenir d’avoir donné mes coordonnées une fois à un prêcheur désespéré qui voulait me désenvouter, mais j’avais soigneusement inversé les chiffres. Qui les avait remis dans le bon ordre? La voix, peut-être…
Je n’ai pas osé répondre au SMS. Superstition sans doute. Et si c’était vrai ? Je me demande s’il ne faudrait pas publier nos mémoires collectives avant la fin du monde. Mais qui les lirait ? C’est absurde. Devrais-je moi aussi pour sauver le monde, prier nu dans la forêt sur le site du Pech de Bugarach ? Pousser des cris primitifs dans une cavité naturelle ? Ressentir le vortex qui puise son énergie au plus profond de la Terre et le diffuse vers les étoiles…
Pour le 21 décembre, si on me pose la question, je dirai que je ne sais pas. Mieux vaut ne pas savoir plutôt que dire n’importe quoi et vexer ceux qui auront passé une nuit blanche à nous sauver en priant sous le froid glacial.
Sauver toute l’humanité n’est pas donné à tout le monde. Je préfère laisser les spécialistes agir… chacun son métier.

Nicolas GEORGES

One Response to La fin du monde par SMS

  1. janlwi on 12 mars 2013 at 3 h 03 min

    Bonjour,
    Les Mayas ne se sont pas trompés. La fin du monde a bien officiellement commencé ce lundi 11 Mars 2013, il y avait juste un petit temps de transition de près de 80 jours entre décembre et aujourd’hui. Mais les choses vont maintenant s’accélérer de façon exponentielle. ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bienvenue !

Untitled Document Me connaître | Contact

Ce blog est une cabine d'essayage. C’est par définition un espace étroit de réflexion intime. De temps en temps, j’ouvre le rideau pour laisser passer la lumière. Cette dernière n’est pas toujours d’une grande intensité, ce qui laisse une marge de progression importante. Je préfère ne pas dire tout ce que je pense mais suffisamment pour être entendu.

Recherchez