Le principe de Peter en politique

12 mars 2015

Le principe est simple : toute personne qui tenterait de s’élever dans la hiérarchie sociale arriverait un jour à atteindre son niveau d’incompétence. Dit comme cela, cela peut paraitre abrupt. Voire arbitraire pour quiconque tente de s’élever tout en croyant bien faire. Attention, que les choses soient claires, je ne veux décourager personne, c’est juste un constat dont nous sommes beaucoup à déplorer les dégâts. Effectivement, savoir que c’est en s’élevant que l’on peut atteindre son niveau d’incompétence est stressant. Mais qui s’en rend compte ? Personne. Alors la question est simple : pourquoi s’élever dans la hiérarchie sociale si c’est pour, au final, atteindre son incompétence ? Tout simplement parce que ceux qui atteignent leur niveau d’incompétence sont justement devenus incompétents pour s’en rendre compte.

Ce principe est d’une redoutable efficacité dans beaucoup de domaines. C’est à croire que toute ascension ne peut finir que par une chute. Pas très optimiste comme vision. Une sorte de trahison de soi dans un moi jamais rassasié.

Si je prends le cas de la politique, je dirai d’abord que le degré d’incompétence en politique ne peut être atteint que si, au départ, il y a justement reconnaissance de la compétence. C’est donc bien en partant de la compétence associée au désir de s’élever dans la hiérarchie que le niveau d’incompétence sera atteint. Mais si, par le plus grand des hasards, nous considérons que le point de départ de l’ascension sociale en politique n’est justement pas la compétence, il n’est donc plus possible d’atteindre son niveau d’incompétence justement parce qu’il n’y avait pas eu préalablement une exigence de compétence au départ. Sans preuve de compétence au départ, il n’est pas possible de se faire reconnaitre comme incompétent à l’arrivée. Logique !

Le principe de Peter ne s’appliquerait donc pas en politique. Comment cela est-il possible ? Ce corps de métier aurait-il trouvé une faille au principe de l’ascension sociale, cher à chaque individu ?

Parce que justement il est possible de passer les niveaux sans que la moindre compétence, ou absence de celle-ci soit éliminatoire. Je comprends mieux maintenant pourquoi certaines personnalités excellent dans l’incompétence verbale et intellectuelle. En fait, les gens compétents, qui n’ont pas encore atteint leur niveau d’incompétence se servent des gens incompétents pour maintenir la hiérarchie sociale du groupe.

Effectivement, si les gens compétents favorisaient l’ascension de la super-compétence, ils risqueraient d’être dépassés et jugés, un jour ou l’autre, comme incompétents. Tandis qu’en hissant l’incompétence dans la hiérarchie sociale, le précarré de compétents se retrouve ainsi protégé et préserve la hiérarchie.

J’ai enfin compris. Qu’est-ce que je vais bien dormir ce soir !

Reconnaître le principe de Peter en politique… ce sont les électeurs qui en parlent le mieux.

 

Nicolas GEORGES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bienvenue !

Untitled Document Me connaître | Contact

Ce blog est une cabine d'essayage. C’est par définition un espace étroit de réflexion intime. De temps en temps, j’ouvre le rideau pour laisser passer la lumière. Cette dernière n’est pas toujours d’une grande intensité, ce qui laisse une marge de progression importante. Je préfère ne pas dire tout ce que je pense mais suffisamment pour être entendu.

Recherchez