Mais que diable font-ils dans cette galère ?

28 novembre 2012

C’est la question que Molière aurait pu poser dans la scène 1 du 1er acte pour tenter de répondre au psychodrame médiatique qui agite l’élite affairiste de la Droite Dure. Même pas mal mais tellement drôle ! S’il sévissait encore, Molière aurait probablement peinturluré Fillon et Copé dans une comédie burlesque aux allures de fin de monde dans un verre d’eau. Quand les feux de l’amour embrasent deux êtres qui revendiquent chacun le centre du monde… Succès garantie !
Car qui sait quelle mouche les a piqués ? Moi qui croyais que le parti socialiste avait touché l’abime du fond du trou avec le congrès de Reims en 2008, je n’avais rien vu. Le cru 2012 que nous présente l’UMP est bien plus croustillant. Tellement surprenant ! Honnêtement, je n’aurais jamais cru possible qu’un parti aussi discipliné, issu des valeurs incarnées par le Général, puisse se fourvoyer dans une telle mascarade. C’est lui, non c’est moi, et moi dans tout ça ?

La vérité dans les urnes, même pas. Le bourrage d’urnes, sincèrement, en 2012, c’est dépassé et grotesque ! Aujourd’hui, à l’heure du numérique, en être encore à sortir des chaussettes des enveloppes de 100 comme s’il en pleuvait. C’est juste ringard ! Presque de l’amateurisme !

Que le Parti socialiste se compromette dans ces pratiques, c’est normal dirait la Droite, puisse qu’il y a encore des trotskistes à Solferino. Mais l’UMP, voyons ! Qu’un parti qui vient juste de descendre de la charge présidentielle se salisse les mains… ça laisse rêveur sur l’exercice passé de notre ancien président.

Mais que diable allaient-ils faire dans cette galère ! Personne ne contrôle plus personne. Chaque jour une idée. Chaque jour une balle est tirée. Chaque lendemain, une balle est renvoyée. C’est camps contre camps. Coups pour coups. Dents contre dents. C’est l’émergence des talents, une sorte de start-up qui couvait et qui arrive à maturité avec l’explosion des égos. Attention à la bulle, au crack idéologique… « Pitch », comme dirait Jacques.
C’est déprimant pour les citoyens mais rassurant pour les militants socialistes. Ils se sentent moins seuls. Il y a d’un coup une compassion naissante entre les « militants d’en bas ». On se congratule. On se dit que nous aussi on a eu ce naufrage démocratique, bref… le burn-out du chaos politique !

Mais, force et de constater que la réalité dépasse la comédie. Molière ne pourrait que s’incliner devant l’excellence de la prestation. Les acteurs Fillon/Copé se produisent tels qu’ils sont. Ils sont dans la lumière, celle des grandes idées, la pureté du combat. De leurs visions, jaillira la destinée des badauds.

Le spectacle est gratuit. Mais l’addition, elle, devra être réglée… qui paiera ?

Nicolas GEORGES

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Bienvenue sur mon blog !

Untitled Document Me connaître | Contact

Ce blog est un espace citoyen d'échange entre nous. De nature conviviale et dynamique, je suis persuadé que la politique peut être ce moteur de recherche pour améliorer la société. La commenter, c'est tout simplement défendre la démocratie et la liberté d'expression... si possible !

http://www.wikio.fr

Recherchez

Catégories